6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • A15NA13
    Participant
    Nombre d'articles : 35
    #32274 |

    Bonjour,

    Définition des produits laitiers : La crème fraîche et le beurre (très riches en graisses et pauvres en calcium et protéines) ne sont pas, dans le texte ci-après, comptés dans les produits laitiers, ainsi que les desserts lactés (crème dessert, flan…) qui contiennent, en général, trop peu de lait et sont, souvent, très sucrés (à éviter).

    Portion journalière : Pour ma micro nutritionniste et les Dr DUMAS et MENAT , une portion de fromage AOC de 30 g de chèvre ou de brebis de qualité en les variant ou, de temps en temps, pour le plaisir, un yaourt (125 g) de brebis.

    On peut remplacer le lait par des « laitages » végétaux (lait d’amande, de soja sans sucre ajouté) et les yaourts par du « Sojade nature » + des fruits rouges bio.

    Curieusement, l’homme est le seul mammifère continuant à consommer du lait à l’âge adulte. Il n’existe aucun mammifère qui boive du lait après sevrage.

    Un certain nombre de spécialistes pensent que ce sont surtout les facteurs de croissance, présents dans le lait de vache, qui seraient en cause dans le développement du cancer (Un veau va prendre 250 kg en 18 mois. Les laits des chèvres et brebis contiennent moins de facteurs de croissance. C’est pourquoi nous les préférerons). Le lait contient des acides gras saturés néfastes, comme l’acide laurique et myristique ! Et surtout, le lait n’apporte pratiquement aucun des acides gras essentiels à la santé comme les oméga-3.

    Depuis le milieu du XXe siècle, on a fait des croisements pour obtenir des vaches capables de produire trois fois plus de lait. Mais une vache, plus elle produit en quantité, plus la qualité baisse. Les vaches laitières sont nourries avec de l’ensilage et des aliments à base de tourteaux de soja et de maïs. De ce fait, elles consomment trop d’oméga-6 et le lait s’appauvrit. (Un bon profil d’acides gras c’est moins de 3 oméga-6 pour 1 oméga-3) Sans parler des pesticides déversées sur les cultures de maïs et de soja qui servent à nourrir les animaux. Seules les vaches en pâturage, nourris avec de l’herbe, nous garantissent la même qualité de lait que nos grands-parents.

    Parallèlement au bouleversement de son régime alimentaire, le bétail est parfois traité avec des hormones afin d’accélérer sa prise de poids. Ces hormones s’accumulent dans le tissu gras et sont excrétées dans le lait. Elles ne sont pas détruites par la pasteurisation.
    Pour le calcium, pendant des millénaires, les asiatiques ne consommaient pas de laitage et ils n’ont pas plus d’ostéoporose que nous ; ils ont même davantage de centenaires. Souvent, le calcium est présent en quantités suffisantes dans les légumes, les légumineuses, les fruits, les produits de la mer, etc. (à contrôler par des analyses)

    J’avais réduit ma consommation de produits laitiers à deux portions par jour (uniquement brebis et chèvre) + beurre bio si possible cru. Mais, mes analyses des acides gras indiquent un niveau trop haut d’acide élaïdique (acide gras trans) alors que je ne consomme plus d’aliments industriels (aliments panés, frits, beignets, chips, produits de boulangerie contenant de la margarine, gras partiellement hydrogénés, biscuits, pâtisseries, crackers, confiseries, etc.)

    Les acides gras trans sont néfastes pour la santé. Ils ont, principalement, pour origine l’industrie alimentaire mais aussi les ruminants. Toutefois, comme l’indique les Dr DUMAS et MENAT, il faut tout de même consommer des produits laitiers, mais en faible quantité. J’ai donc diminuer, à moins de 30 g par jour, ma consommation de ces produits et de beurre en attendant mes prochaines analyses.

    Tout est une question d’équilibre. Nous sommes tous différents et pour les acides gras, entre autres, les analyses me paraissent être un bon outil d’ajustement de sa nutrition. (équilibre W3 / W6, AGS, AGMI, Trans…)

    A bientôt, pour un autre thème et, en attendant, prenez soin de vous !

    Dr DUMAS et MENAT, Cancer, être acteur de son traitement, 2016, pp.374 et suivantes : Nourrir correctement les cellules.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.