Nouveau paradigme 2010

La controverse absurde du dépistage du cancer de la prostate par le test PSA aboutit aujourd’hui à un développement anarchique du dépistage, lequel conduit à une augmentation de l’incidence des cancers localisés (94 % aux USA). Parmi ces cancers localisés, près d’un tiers sont indolents (non agressifs) et ne nécessitent pas de traitements agressifs lesquels ont pour conséquence de rendre le malade impuissant et/ou incontinent une fois sur deux…. Lire la suite

Autres guides Cancer info

- Vivre pendant et après un cancer
- Vivre auprès d’une personne atteinte d’un cancer
- Fatigue et cancer
- Douleur et cancer
- Démarches sociales et cancer
- Etc…

A télécharger ou à commander gratuitement sur le site www.e-cancer.fr/publications sélectionner le champ "par collections" puis "guide patients" puis "la vie avec un cancer" ou cliquer directement sur le lien ci-après : cliquer ici

Alimentation : rôle protecteur

Facteurs qui auraient plutôt un rôle protecteur :

Lycopène

Le lycopène est un anti-oxydant que l’on retrouve essentiellement dans les tomates et qui est d’ailleurs responsable de leur couleur rouge (les autres produits en contenant sont le pamplemousse rose et la goyave). La consommation de lycopène diminuerait le risque de cancer de la prostate. La consommation de tomates ou de ses dérivés est donc conseillée, mais il vaut mieux les consommer cuites, car on augmente alors la biodisponibilité du lycopène (sauce tomate, pizza, ketchup, jus, soupe, potage, concentré, …).

Soja

Les différences d’incidence du cancer de la prostate entre les pays occidentaux et les pays asiatiques ont poussé les chercheurs à s’intéresser au soja. Ce sont les isoflavones (génistéine notamment) qui seraient responsables en grande partie de son rôle protecteur. On ne connaît pas aujourd’hui la dose optimale quotidienne qui serait à prendre.

Vitamine D

Une incidence plus faible de cancer de la prostate dans les pays à forte exposition solaire a suggéré le rôle protecteur de cette vitamine. Mais il est encore difficile de tirer ici des conclusions claires, et il faut donc attendre les résultats d’autres études.

Sélénium

Il aurait un effet protecteur vis-à-vis du cancer de la prostate.

Le sélénium est un élément minéral dont le caractère indispensable a été découvert à la suite de la description de la maladie dite de Keshan (= maladie du muscle cardiaque congestive endémique), très fréquente chez les jeunes enfants et les femmes de la province chinoise du même nom. Cet oligo-élément agit favorablement sur les molécules de notre organisme qui ont un effet anti-oxydant majeur, ainsi il participe à la lutte contre les radicaux libres. Ses meilleures sources demeurent les produits de la mer, avec la langouste, les moules, les noix de St. Jacques et les poissons. Les autres aliments sont les œufs, les viandes, les lentilles cuites, les fromages et enfin les légumes. A noter que la teneur en sélénium des aliments dépend de la quantité présente dans le sol, pour les légumes notamment.

Page précédente | Page suivante

Honcode

 

Certification Honconde en cours
de validation.