Sommaire dysfonction érectile

Brisons les tabous !

BD : vie intime et sexualité

BD et si on parlait d'amour Pierrot

Consulter notre dossier complet

  • Mécanismes de l’érection
  • Conclusions du groupe de travail ANAMACaP
  • Approche médicale et conseils de l’andrologue
  • Les solutions
  • Astuces de patients

Image dossier DE

Le vacuum (ou pompe à vide ou érecteur à dépression) est très utilisé dans les pays anglo-saxons mais pas vraiment dans les pays latins tel que la France. Probablement parce que cet appareil est peu romantique et peu pratique.

Sous forme d’appareil électrique ou manuel, le vacuum entraine une dépression de vide (le pubis doit être bien rasé). La verge va progresser dans le tube au fur et à mesure que le vide se forme. On obtient une érection passive constitué de sang veineux. Cette érection peut être très rigide. Beaucoup d’hommes dans le monde utilisent cet appareil dans le cadre d’une courbure de la verge, d’une intervention chirurgicale mais pas forcément après la prise en charge d’un cancer de la prostate.
Le vacuum permet de ne pas utiliser de médicaments et donne de bonnes érections. Pour les patients qui récupèrent au bout de 2 ans après une prostatectomie radicale, cet appareil peut prendre le relais des injections intracaverneuses.
Le vacuum peut être utilisé dans des relations sexuelles régulières de manière satisfaisante ou bien régulièrement  pour l’entretien de l’oxygénation du pénis hors relations (gymnastique conservatoire).
Pour les patient qui ont une tumescence spontanée mais avec une absence de rigidité, il est possible d’utiliser uniquement l’anneau.
Pour en savoir plus, consulter notre dossier complet en cliquant sur l’encadré situé à gauche de votre écran.

Quelques éléments à noter :

  • Le vacuum ou pompe à vide offre une efficacité à 55 %
  • La dysfonction érectile peut être d’origine organique (diabète, prise en charge d’un cancer de la prostate…) et/ou psychologique

  • La dysfonction érectile peut influer sur la qualité de vie. Elle peut être à l’origine d’une importante souffrance chez l’individu qui en est atteint ainsi que chez sa partenaire. Le patient concerné par ce problème et qui le vit mal doit en parler à son médecin si lui-même ne pose pas la question. Les patients qui n’éprouvent pas ce besoin n’ont pas de raison de suivre un traitement.

  • Après irradiation ou chirurgie de la prostate, la dysfonction érectile peut tout à fait être transitoire.

Extraits de notre dossier complet sur la dysfonction érectile traité lors de notre journée scientifique médecins-patients de 2011