Nouveau paradigme 2010

La controverse absurde du dépistage du cancer de la prostate par le test PSA aboutit aujourd’hui à un développement anarchique du dépistage, lequel conduit à une augmentation de l’incidence des cancers localisés (94 % aux USA). Parmi ces cancers localisés, près d’un tiers sont indolents (non agressifs) et ne nécessitent pas de traitements agressifs lesquels ont pour conséquence de rendre le malade impuissant et/ou incontinent une fois sur deux…. Lire la suite

Autres guides Cancer info

- Vivre pendant et après un cancer
- Vivre auprès d’une personne atteinte d’un cancer
- Fatigue et cancer
- Douleur et cancer
- Démarches sociales et cancer
- Etc…

A télécharger ou à commander gratuitement sur le site www.e-cancer.fr/publications sélectionner le champ "par collections" puis "guide patients" puis "la vie avec un cancer" ou cliquer directement sur le lien ci-après : cliquer ici

Tumeurs localement avancées (T3-T4, N0-1, M0)

Absence de standard thérapeutique recommandé dans les cancers de la prostate localement avancés.

Les différentes options sont : Traitement combiné par radiothérapie et hormonothérapie, une surveillance avec traitement différé, une prostatectomie suivie d’hormonothérapie dans des cas sélectionnés et un traitement hormonal isolé.


- Stade T3, N0 :

L’association hormonothérapie-radiothérapie est actuellement le traitement de référence, avec une hormonothérapie débutée avant la radiothérapie. Une hormonothérapie prolongée après la radiothérapie semble bénéfique. Ce protocole a été mis en place par un radiothérapeute français, le Pr. Bolla : l’irradiation de la prostate est encadrée par un traitement hormonal qui débute 1 mois avant les rayons et qui se poursuit 3 ans après dans le protocole original.

Une prostatectomie radicale peut être proposée en cas de T3 limité de bas grade ou atteinte tumorale microscopique extemporanée des ganglions ilio-obturateurs. Le traitement sera éventuellement complété par une radiothérapie et/ou une hormonothérapie.

Une surveillance régulière est de mise chez les patients âgés non symptomatiques ou lorsque l’espérance de vie est limitée ou chez les patients refusant les effets secondaires des traitements proposés. Une hormonothérapie est proposée lors de la progression de la maladie.

Une hormonothérapie immédiate isolée semble associée à une meilleure survie dans ces tumeurs localement évoluées qu’un traitement différé après surveillance.

Notons enfin qu’il existe actuellement un protocole thérapeutique pour ces patients ayant un cancer de la prostate localement avancé, incluant la réalisation de plusieurs séances de chimiothérapie à base de Taxotère® (docétaxel).


- Stade T3, N1 :

Une hormonothérapie est recommandée. Il y a de plus un bénéfice clairement démontré d’une hormonothérapie précoce par rapport à un traitement différé.


- Stade T4, Nx :

L’hormonothérapie est le traitement de référence. L’objectif du traitement est ici centré sur la qualité de vie.

Page précédente | Page suivante

Honcode

 

Certification Honconde en cours
de validation.